L’administration adopte l’e-signature

La start-up Signatys amène le chaînon manquant dans la digitalisation des processus administratifs. Levée de fonds prévue cette année.

La digitalisation des processus administratifs dans les entreprises est un fait depuis quelques années déjà. Un seul problème persiste encore: la signature électronique et sa validité. Partant de ce principe, la start-up Signatys, créée à Genève en 2011 par Olivier Adler et François Rochat, s’est lancée dans des développement. L’entreprise propose actuellement trois différents produits pour trois secteurs bien distincts: les notaires, les avocats et les banques. Comm le dit Olivier Adler, co-créateur de la start-up, l’idée est de permettre aux entreprises de garder la chaîne de l’électronique intacte jusqu’à l’envoi final d’un document. Les avantages: e-signature sécurisée, gain en temps et en efficacité ainsi qu’une économie de coûts et de papier. Une levée de fonds entre 500.000 francs et un million est prévue pour cette année. Autofinancée jusqu’ici, cet apport en capital permettra de continuer le développement dans un secteur en pleine croissance.

Les objectifs pour 2016 sont la mise en place d’un projet pilote avec les études de notaires vaudoises, d’installer le logiciel dans les cinq plus grandes études d’avocats ainsi que de continuer les discussions engagées avec la plupart des banques privées de la place.